Auto Escape
FootShopping
WannaWeb


Mexique il y a 5462 jours
Guatemala il y a 5448 jours
USA il y a 5433 jours
Polynésie il y a 5400 jours
Australie il y a 5373 jours
Nouvelle-Calédonie il y a 5326 jours
Malaisie il y a 5286 jours


tom sur Bonus de Photos
Lucie sur Roman Photos
Claudine casin lignele sur Roman Photos
Alizée sur Qui sommes-nous?
Pharmacie sur La santé

 Accueil » Avant de partir » Comment faire? » Les formalités

Les formalités

1 / LES PASSEPORTS
2 / LE PERMIS INTERNATIONAL
3 / LES VISAS
4 / LE TRAVAIL
5 / LA RESILIATION D ABONNEMENTS
6 / LES ASSURANCES VOYAGE
7 / A PAYER
8 / LE DOMICILE PRINCIPAL

1 / LES PASSEPORTS

Le passeport biométrique obligatoire (15 jours de délai) si l’on se déplace vers les USA ; ne pas s’inquiéter, le plus dur est de faire des photos d’identité valables, le reste n’est que formalités !
Si le passeport est en cour de validité de moins de x ans, il sera gratuit autrement il en coûte 60 euro.
Pour les enfants, tous, quelque soit leur age doivent avoir un passeport nominatif.
Il sera lui aussi gratuit s’ils sont sur l’ancien passeport.

2 / LE PERMIS INTERNATIONAL

Le permis international est demandé dans certain pays pour louer un véhicule. Les démarches pour le faire sont infantiles, en mairie.
Mais il est tellement sympa d’avoir un nouveau permis qui nous donne le droit de visiter le monde entier. « et oui j’y suis déjà sur les routes du Bush AUSTRALIEN a parcourir mes 6000 km »

3 / LES VISAS
Définition
Un visa est un document qui en théorie permet d’autoriser ou non l’accès du pays à un ressortissant étranger (et aussi une bonne source de devises pour certains pays
Auprès de qui ?
Concrètement un visa s’obtient auprès d’un consulat du pays concerné et non de l’ambassade qui ne s’occupe que d’affaires diplomatiques.
Visa à l’arrivée

Pour certains pays, d’ailleurs de plus en plus nombreux, il est également possible d’obtenir son visa à son arrivée sur place
Documents généralement nécessaires
En plus des formulaires à remplir et de votre passeport, il sera généralement demandé des photos, une attestation de voyages (un aller simple peut parfois poser problème), une certaine somme (jusqu’à 80 €, voire plus) et pour quelques destinations une “invitation officielle”.
Validité
Lorsqu’un visa est établi celui-ci n’est utilisable que jusqu’à une date particulière. Concrètement si l’on souhaite entrer dans le pays passée celle-ci, le visa sera alors périmé et on risque fort de se voir refoulé (on considérera que l’on n’a pas de visa). Variable selon les destinations, les visas sont généralement à utiliser sous un à trois mois après leur émission
Visa ou carte de tourisme délivré à l’arrivée

Théoriquement, comme tout se passe à l’arrivée sur place, on n’a pas à s’occuper de quoi que ce soit avant le départ.
La carte de tourisme est d’une certaine façon une forme particulière de visa. C’est plus ou moins un document que l’on donne à l’arrivée (y compris à l’occasion si le pays demande aussi un visa) et que l’on fait parfois payer quelques dollars comme dans certains pays d’Amérique Centrale ou d’Asie. Au départ on doit la remettre à la douane.
Pour diverses raisons, certains pays délivrent aussi leur visa sur place aux frontières ou aux aéroports (prix plus ou moins identiques qu’aux consulats). Dans ce cas, il faut choisir ce que l’on préfère tout en sachant qu’il vaut quand même mieux se renseigner sur cette procédure avant son départ et être sûr qu’elle sera toujours en vigueur lors de sa venue (Cambodge, Laos…). Idem si l’on pense arriver par un “petit poste frontière”; le système “visa à l’arrivée” ne pouvant concerner parfois que certains lieux d’entrée comme uniquement les aéroports internationaux.
Permis spéciaux

Pas à proprement parlé un visa quoique tout comme dans la pratique. Ces permis concernent de nombreuses régions particulières de pays, essentiellement asiatiques, comme l’Inde, le Népal, la Birmanie, la Chine… Pour y accéder les autorités doivent délivrer une autorisation spéciale, souvent payante et limitée dans le temps, à laquelle peut également parfois s’ajouter l’obligation de passer par une agence locale

4 / LE TRAVAIL

Si certains profitent de la fin de leurs études, de la retraite, d’une période de chômage ou “d’entre deux jobs” pour réaliser leur voyage, quant à nous, nous nous trouvons devant plusieurs cas de figure :
Laurent et Elsa travaillent de façon indépendante
Marie ne travaille plus
Christophe, seul est confronté au bon vouloir de son employeur pour pouvoir partir !!!
Il a comme option une demande de congé sabbatique, qui lui laissera la porte encore ouverte au retour.

LE CONGE SABATIQUE

C’est un congé pour convenance personnelle qui suspend votre contrat de Travail.
Pendant ce congé, vous pouvez exercer une activité professionnelle, sous réserve de respecter les obligations de loyauté, de discrétion et de non concurrence envers votre employeur.
Vous pouvez mettre en Å“uvre un projet personnel de formation hors du cadre d’un congé individuel de formation.
La durée du congé est de 6 à 11 mois maximum. Ce congé n’est pas rémunéré.
Avec l’accord de votre employeur, vous pouvez, pendant six années, reporter vos droits à la 5ème semaine de congés payés.
Lors de votre départ en congé sabbatique vous recevrez alors une indemnité compensatrice correspondant au total des jours de congés cumulés.

Pour en bénéficier vous devez avoir:

• une ancienneté de 36 mois consécutifs ou non dans l’entreprise,
• et 6 ans d’expérience professionnelle.

Vous ne devez pas avoir bénéficié, au cours des six dernières années dans l’entreprise, d’un congé formation d’une durée au moins égale à 6 mois, d’un congé de création d’entreprise, ou d’un autre congé sabbatique.
Comment faire la demande?
Vous devez informer votre employeur par lettre recommandée avec accusé de réception ou remise en main propre contre décharge (récépissé) au moins 3 mois à l’avance, en précisant la date de départ choisie et la durée du congé demandée.
Si votre employeur n’a pas répondu dans un délai de 30 jours, son accord est considéré comme acquis.
Report du congé
Votre employeur peut différer votre départ de 6 mois (entreprises de 200 salariés et plus) si le nombre de salariés simultanément en congé sabbatique et en congé pour création d’entreprise dépasse 2% de l’effectif ou 1,5% pour le seul congé sabbatique.
L’employeur peut différer votre départ de 9 mois (entreprises de moins de 200 salariés), si le nombre de jours d’absence au titre des congés dépasse 2% du nombre de jours travaillés dans les 12 mois précédents ou 1,5 % pour le seul congé sabbatique.
Toutefois, pour permettre le départ en congé d’un salarié, cette période de 12 mois peut être prolongée jusqu’à 48 mois.
Dans les entreprises de moins de 200 salariés,
L’employeur peut refuser le congé, après avis du comité d’entreprise ou des délégués du personnel, s’il estime qu’il est préjudiciable à la bonne marche de l’entreprise.
Le refus doit être motivé et notifié par lettre recommandée avec accusé de réception, ou par lettre remise en mains propres contre décharge.
Vous avez 15 jours pour contester ce refus devant le bureau de jugement du conseil des prud’hommes.
A l’issue du congé
Vous retrouvez votre emploi ou un emploi similaire dans l’entreprise, assorti d’une rémunération au moins équivalente à celle que vous perceviez au moment du départ en congé.
Vous ne pouvez pas être réemployé avant l’expiration de votre congé, sauf accord de votre employeur.

Le congé sabbatique est régi par les articles L122-32-17 à L 122-32-21 du code du travail
Le salarié qui a au moins 6 années d’activité professionnelle, dont 3 ans d’ancienneté dans l’entreprise à la date du congé et qui n’a pas bénéficié dans les 6 années précédentes d’un précédent congé ou « sabbatique » ou « pour création d’entreprise » ou d’un congé-formation d’au moins 6 mois a la possibilité de demander un congé sabbatique à son employeur d’une durée comprise entre 6 et 11 mois non rémunéré.
Modalités relatives à la prise du congé:
Le salarié qui souhaite bénéficier du congé sabbatique doit faire sa demande à l’employeur par lettre recommandée avec demande d’avis de réception au moins trois mois à l’avance en précisant la durée du congé demandé. Une reprise avant la date prévue est impossible sauf accord de l’employeur.
Les obligations de l’employeur :
L’employeur est en droit de différer votre départ : au maximum de 9 mois dans les entreprises de moins de 200 salariés et au maximum de 6 mois dans les autres entreprises. A l’issue du congé le salarié retrouve son précédent emploi ou un emploi similaire assorti d’une rémunération au moins équivalente.

Lettre

5 / LA RESILIATION D ABONNEMENTS

Il ne faut pas oublier de résilier les abonnements nombreux et variés auxquels on a souscrit dans une maison et dans une vie !

A savoir, les abonnement de France Telecom, des fournisseurs d’accès internet, du cable, de canal satellite, des téléphones mobiles, des assurances voiture (si on la vend avant de partir par exemple), des mutuelles, et maintes encore……

Se servir de la loi CHATEL La plupart des contrats que nous, consommateurs, souscrivons auprès des prestataires de services comme les banques, assurances, services de téléphonie, d’accès Internet, etc., sont des contrats tacitement reconductibles. Ces contrats se renouvellent automatiquement chaque année. Avant la loi Chatel, il fallait donc penser à résilier son contrat avant la date limite de résiliation. Cette date se situait généralement un ou deux mois avant la date anniversaire de la souscription du contrat.
Dans le domaine précis de l’assurance, où les tarifs évoluent d’une année sur l’autre, le consommateur se trouvait dans une situation un peu particulière : l’assureur n’envoyait son tarif (l’avis d’échéance) que longtemps après la date limite de résiliation, à une période où le contrat était déjà reconduit pour une année supplémentaire ! Un assuré qui voulait changer d’assureur devait donc anticiper sa date limite de résiliation, comparer les tarifs des assureurs, et résilier son contrat sans même connaître le montant que son assureur allait lui demander. Résultat, la proportion d’assurés qui changeaient d’assureurs sans raison particulière (déménagement, changement de voiture,?) était faible.
C’est pour remédier à ce genre de situations et sous la pression des associations de consommateurs que le député Luc Marie Chatel a proposé une loi visant à modifier les conditions dans lesquelles s’exerce la reconduction automatique des contrats.

Pour résilier vos contrats voici une lettre type qui sera sûrement nécessaire

Lettre

6 / LES ASSURANCES VOYAGE

Nous allons souscrire une assurance spécialisée dans les longs voyages ( voir « les différents contrats et sociétés plus bas), pas encore définie à ce jour.

En préambule il faut savoir que lorsque l’on se déplace à l’intérieur de l’Union Européenne, on peut être remboursé de ses dépenses de santé avec le formulaire E111 bilingue de la Sécurité Sociale. On peut également se faire soigner sans paiement; l’hôpital se faisant payer par la Caisse d’assurance maladie nationale.
Hors Union Européenne, en cas d’accident ou de maladie, les caisses de Sécurité Sociale n’ont par contre aucune obligation à remboursement. Et pour un voyage de longue durée, on ne sera couvert par la Sécurité Sociale que pour une période maximum de douze mois.
Mais avant toute chose, il convient de bien distinguer assurance et assistance.

6-1/ L’assurance

C’est elle qui intervient au retour après accident, dommages ou maladie. Elle rembourse le montant des frais engagés ou indemnise des dommages, pertes ou préjudices subis.
Il existe plusieurs types d’assurances : l’assurance annulation/modification au niveau de l’aérien, l’assurance bagages, l’assurance individuelle accident, l’assurance responsabilité civile.
Les garanties d’assurance et d’assistance sont normalement délivrées par des sociétés différentes, toutefois de plus en plus de sociétés d’assurance proposent à leurs clients des garanties d’assistance et inversement.
Si vous êtes déjà assuré auprès d’une mutuelle d’assurance (Macif, Maaf, Maif, Matmut…) et que vous souhaitiez le rester pendant votre voyage, vous pourrez bénéficier en plus d’une assistance monde entier.
Attention, cette assistance n’est valable que pour 3 mois de voyage consécutifs.
Ce complément est géré par Intermutuelles Assistance
Si vous avez une carte bancaire Visa, American Express, Eurocard MasterCard, vous pouvez bénéficier d’une assurance décès-invalidité dès lors qu’il y a règlement par carte de vos prestations de voyage.
Par la suite, avant d’engager des frais pour une consultation ou une hospitalisation, il convient d’effectuer une demande de prise en charge; c’est à dire communiquer le numéro à 16 chiffres de sa carte ainsi que la nature et les conditions de l’intervention au services adéquates de sa carte bancaire.

6-2/ L’assistance

Elle agit dès que l’on fait appel à elle. Elle peut apporter :
- une aide technique pour un véhicule à la suite d’un accident, de même qu’une avance financière en cas de perte ou de vol d’argent.
- une aide médicale incluant le rapatriement des blessés et des conseils médicaux par téléphone. Egalement, la remise d’un billet d’avion pour retour anticipé suite au décès d’un membre de sa famille ou au contraire à l’un de ses proches pour une visite en cas d’hospitalisation sur place. Sont aussi prévus le remboursement des frais médicaux et l’aide juridique en cas de problèmes avec les autorités locales (avocat, caution pénale).
Vous pouvez souscrire soit :
- un abonnement pour la durée de votre déplacement ou au contraire à l’année (mais attention l’assistance n’est en général valable que pour un voyage de 90 jours consécutifs).
- bénéficier de la garantie d’assistance complémentaire d’un contrat d’assurance.
Attention, en cas d’hospitalisation, la facture peut être très salée dans certains pays (USA, Canada, Singapour…); et sans contrat spécifique sur ces destinations vous risquez d’en être de votre poche. Donc vérifiez bien que les plafonds de remboursement ont été relevés si vous partez pour ces destinations.
En cas de problème, une seule priorité : contactez votre compagnie d’assistance !

6-3/ Les différents contrats et sociétés

Plusieurs assurances sont spécialisées dans les longs voyages de plus de trois mois :

ava.fr
avi-international.com

Elles proposent une gamme complète de contrats clés en mains pour couvrir les risques auxquels on peut être confronté pendant le séjour, tels :
- les frais médicaux ou le rapatriement sanitaire,
- la mise en cause de la responsabilité civile,
- l’annulation ou l’interruption du séjour,
- la perte ou le vol des bagages.
Que l’on voyage pour les loisirs ou dans un cadre professionnel, pour un court séjour ou plusieurs mois, en France ou à l’étranger.

AVA, courtier d’assurance spécialiste du voyage,
Nous entrons dans le Contrat plan santé international
• Pour tous types de séjours
• Dans le monde entier
• Durée maxi 12 mois

Tarifs pour 11 mois par personne jusqu’à 35 ans 640 €
de 36 à 45 ans 990 €
Pour les familles de 2 adultes et 3 enfants de moins de 25 ans, multiplier la prime de l’assuré le plus âgé par 2,5 .

+ plan santé assistance 595 € par famille et par an.

AVI, l’assurance voyage intégrale
Nous entrons dans le cadre du Plan Marco Polo Spécial Famille
« - Vous partez plus de 2 mois
- Vous partez en famille
- 4 assurés minimum, 7 maximum »

TARIF AU MOIS à partir de 3 mois

MARCO POLO
SPECIAL FAMILLE
À PARTIR DE 4 PERSONNES *
Prix par mois
de 0 à 60 ans sans majoration d’âge 160 €
Avec majoration d’âge 180 €

La majoration d’âge s’applique si au moins un assuré dans la famille
a plus de 40 ans ou moins de 3 ans
Option Bagages**
18 € par mois/ personne
Option Risques Graves***
19 € par mois/ personne
Tarif applicable au 15 Mai 2007

7 / A PAYER

Ce n’est pas parce que l’on est en voyage que les factures et autres impôts locaux ou sur le revenu vont s’arrêter de tomber pour autant !
Ne pas l’oublier dans le calcul de budget. Toutefois, afin de limiter les frais, il faut résilier les abonnements inutiles ou calculer les coûts de réinstallations - réabonnements au retour ainsi que les conséquences de leurs suspensions.

Pour se faciliter la vie, il faut privilégier les prélèvements automatiques et/ou faire traiter son courrier par quelqu’un de confiance (prévoir une procuration) qui pourra agir en temps voulu et évitera par la même occasion bien des pénalités et autres désagréments au retour.
Pour nous, nos parents respectifs veilleront sur notre paperasse !
De façon générale, mieux vaut être en règle avant de partir.

8 / LE DOMICILE PRINCIPAL

Nous sommes les 2 familles propriétaires de nos maisons.
Nous avons donc choisi de louer notre maison en meublés. Pas facile, car il s’agit d’une période de 11 mois, alors que les contrats de meublés sont de 1 an.
Il faut donc être très clair sur la date de départ du locataire, et demander une caution.
Nous nous sommes adressés à des agences spécialisées, des agences normales, des agences de locations saisonnières, nous avons passé des annonces dans divers sites gratuits de petites annonces sur le net, et puis et surtout, le bouche à oreilles ! Le dire à tout le monde, au cas ou le copain du copain aurait un ami qui voudrait par exemple louer une maison dans le sud de la France sur une courte période, dans le but de chercher à acheter !!
Toutes les pistes sont bonnes !
Il ne faut pas oublier que l’argent de la location apporte une contribution non négligeable aux ressources du voyage !

Ecrire un commentaire

  

Laisser un commentaire