Auto Escape
FootShopping
WannaWeb


Mexique il y a 4464 jours
Guatemala il y a 4450 jours
USA il y a 4435 jours
Polynésie il y a 4402 jours
Australie il y a 4375 jours
Nouvelle-Calédonie il y a 4328 jours
Malaisie il y a 4288 jours


tom sur Bonus de Photos
Lucie sur Roman Photos
Claudine casin lignele sur Roman Photos
Alizée sur Qui sommes-nous?
Pharmacie sur La santé

 Accueil » Itinéraire » Cambodge » Roman Photos

Roman Photos

LE CAMBODGE vu par Elsa

Du 25 avril au 3 mai 2008

Le passage de la frontière Cambodgienne s’effectue cette fois en bus, moyen de transport le mieux adapté à la découverte d’un pays.

Il défile derrière les fenêtres un nouveau paysage, des nouvelles couleurs et surtout de nouveaux visages.

Inutile de rouler bien longtemps pour s’apercevoir de l’extrême pauvreté de ce pays.
Des enfants nus et sales déambulent au bord de la route au milieu des poubelles et des flaques de boue.

NOS enfants ont fait le silence dans le bus et nous aussi.

Direction notre hôtel de Phnom Penh à bord des célèbres Touk-Touk motorisés. (Notre unique moyen de transport au Cambodge)

Nous découvrons cette ville à la tombée de la nuit.

Nous sommes vraiment bien installés à l’hôtel Kabiki, une piscine et un petit-déjeuner français avec de la confiture « bonne-maman » (Angèle) !

Une première journée pour la visite du Palais Royal. L’ensemble d’inspiration traditionnelle khmère a beaucoup d’allure avec ses toits étagés, sculptés, ses colonnes et ses longues galeries.

A l’intérieur de la Pagode d’argent, pavées de milliers de carreaux en argent massifs, nous découvrons le fameux bouddha d’émeraude (en fait en jade), ainsi que le bouddha d’or, grandeur nature incrusté de 2000 diamants !

Le musée national et les bords du Mékong,

Le tout sous une chaleur étouffante.

Chaque rencontre, chaque visage donne lieu à un sourire.
Les Cambodgiens sont magnifiques, le contact est facile, les échanges très riches.

Détour le lendemain par les différents marchés de la ville.
Le Russian market

Le Central market

Le Old market

Toche, Cléa et Elsa visitent seuls le Toul Sleng Génocide Muséum.
Une ancienne école transformée en camp de torture pendant la période Khmers.
Des images difficiles mais nécessaires.

Les Dubrous se baladent à Wat Phnom, pagode sur une mini colline, entourée de jardins. Encore un beau Bouddha !

Ils discutent même le coup avec des vendeurs de viandes ou légumes au hasard d’un marché.

Et les Perez au hasard des rues de Phnom Penh.
Toujours autant de visages avenants et lumineux.

De nombreux enfants semblent ne pas aller à l’école dans la journée et vendent dans la rue de l’eau ou des fruits aux touristes.

Nous partons pour Siem Reap en bus avec en prime karaoké local sur les écrans…

Arrivée sous la pluie, avec de la boue jusqu’aux chevilles, nos touk-touk sont surchargés,

Mais nos chauffeurs toujours aussi gentils; rien ne semble entamer leur bonne humeur.
À notre hôtel, nous sommes accueillis par Hélène une franco-cambodgienne adorable qui organise notre séjour pour les prochains jours.

Évidemment première destination, les temples d’Angkor.
Sean sera notre guide pour deux jours qui s’annoncent bien remplis.

Départ tôt le matin à cause de la chaleur (38° à l’ombre !).
1ère visite : la cité d’Angkor Tom, qui fut l’ancienne capitale et hébergea jusqu’à 10 000 habitants.

Puis le Temple Bayon, aussi appelé « la montagne magique » : on dirait une forêt de têtes gigantesques regardant dans toutes les directions.

Puis la Terrasse des éléphants,

Puis le Palais Royal et ses bassins royaux, piscines gigantesques à dimension de lacs !

Puis l’immense et célèbre Angkor Wat dont ses 5 tours sont célèbres dans le monde entier.

La beauté du temple réside en plus de son architecture dans les sculptures de ses bas reliefs qui sont gravés sur 2 m de haut et 200m de long de scènes fantastiques.

Et enfin le Ta Phrom, une curiosité de la nature qui mêle les temples aux arbres.
Le résultat est surprenant et majestueux !

Sean, notre guide parle un français parfait et n’a aucune peine à nous captiver.

Marius et Cléa lui apprennent quelques mots d’argot provençal.
Imaginez un Cambodgien s’écrier : « il est rouge comme un gratte-cul ! »

À chaque arrêt des dizaines de petites filles nous proposent, de l’eau fraiche, des fruits ou des bracelets pour 1$.
C’est aussi ça Angkor.

Mais le site (extrêmement touristique) tient toutes ses promesses.
img src=”/img/albums/roman-photos-cambodge/P39.JPG” />

Le soir nous dinons dans la vieille ville, près du marché : des petites ruelles bondées de petits restos très sympas.

Pour notre deuxième jour à Siem Rep nous décidons d’aller sur le lac Tonlé Sap légèrement au nord, visiter un village flottant nommé Chong Khneas.
Sur la route, nous avons petit à petit un aperçu ce qui nous attend……

Des cabanes sur pilotis en bord de route avec des conditions de vie et d’hygiène inimaginables !
Les deux petites nous font remarquer que ce ne sont pas des cabanes mais leurs vraies maisons !

Nous mangeons un plat familial dans un des petits bouis-bouis du village de pêcheurs,

Puis embarquons sur un petit bateau pour un autre monde, dans un autre temps.

Une petite cambodgienne nous mitraille avec son appareil photo dernier cri avant le départ…à suivre…..

Les paysages, les couleurs sont magiques, nous naviguons entre les habitations et imaginons ce que peut être la vie de ces familles éloignées de tout.

Plusieurs enfants ayant remarqué notre embarcation de touristes se ruent vers nous à bord de bassines ou de petits radeaux…

La couleur de l’eau alterne entre marron clair et marron foncé, pourtant ils se baignent ou pêchent toujours avec le même sourire.

Ils nous réclament des dollars, parfois avec une mise en scène difficile à supporter du point de vue des émotions.

L’image de ces enfants est gravée pour toujours dans la mémoire des 9.

C’est l’un des moments les plus intenses de notre voyage.

Nous nous posons tous la même question :
Faut-il leur donner de l’argent ?
Doit-on les photographier ?
Faut-il venir dans ce type d’endroit ?
Nous n’avons bien sur pas toutes les réponses, mais ces rencontres nous ont bouleversés et fait réfléchir.

A suivre….à notre retour, la petite photographe aura mis moins d’une heure pour retranscrire nos portraits sur …………….des assiettes souvenir !!
Nous les lui achetons toutes évidemment !!

Dernier jour de visite sur le site d’Angkor.
Il fait encore plus chaud que la veille, et nous ne voyons pas moins de 7 temples dans la journée, plus le musée des mines anti personnelles.

Le 1er temple est le Pre Rup, pyramide de briques sur plusieurs niveaux, ancien temple funéraire dédié à Civa.

Le 2ème temple, le Banteay Srei, baptisé « la citadelle des femmes », est entièrement décoré de splendides bas reliefs.
C’est le plus mythique, car Malraux y vola pas moins qu’un bas relief !

Le «3ème temple, le Banteay Samré, surnommé l’Angkor Wat miniature possède une splendide terrasse devant.

Le 4èmetemple, le Mébon Oriental était jadis situé sur une ile qui sont des rizières aujourd’hui.

Le 5ème temple, le Ta Som, englouti par la forêt, est surtout connu pour la tour à visage d’une de ses entrées.

Le 6ème temple, le Neak Pean, est un gigantesque bassin, entouré de 4 plus petit avec un sanctuaire au milieu ; mais nous sommes en saison sèche, donc pas d’eau, donc pas de fleurs de lotus.
Néanmoins de magnifiques fontaines avec des animaux sculptés dont les eaux sacrées guérissaient selon son appartenance à l’un des 4 éléments essentiels : l’eau , la terre, le feu ou le ciel.

Enfin, le 7ème temple (il était temps car nous sommes éreintés !), le Preah Khan, est plus qu’un temple : il correspond à une ville entière disparue de plus de 50 ha, entourée de douves.
Au centre le temple lui-même, non restauré, moussu et authentique.
On y pénètre par l’entrée Est, on parcourt une enfilade de portes et petites pièces, pour ressortir par la porte Ouest.

Sacrée journée !
Nous avons bu 30 bouteilles d’eau en 2 jours !!
On lit sur certains visages une légère lassitude…
Même les enfants ont apprécié la découverte de ces splendides temples, les petites en garderont-elles quelque souvenir ???

Le soir nous mangeons avec Sean notre guide dans un petit resto couleur locale…Toche se laisse « tenter » par un œuf couvé avec poussin à l’intérieur !!!
No photo
No coment
Affaire à suivre…

Un matin j’accompagne Angèle et Agathe dans une école Khmer.
Les enfants sont en uniforme et très curieux de nous rencontrer.

Quelques mots en Anglais pour se présenter et quelques photos.

Le maître nous explique que les filles sont bien plus appliquées et assidues que les garçons.
Cà, on le savait déjà…

Mais dans cette classe d’enfants de 14 /15 ans (ils en paraissent 9) ils en sont à la multiplication et à la division.
Contrairement aux pays d’Amérique latine les écoliers sont bien plus respectueux de l’ordre et en particulier du maître.

À la sortie des classes les filles s’étonnent de ne voir aucune maman au portail …Et pour cause les plus grands (7 ou 8 ans) chalent sur leurs vélos les plus petits pendant des kms pour rentrer chez eux.

L‘après- midi nous partons pour la ferme aux crocodiles avec des normes de sécurité…cambodgiennes !

Des dizaines d’énormes créatures plus effrayantes les unes que les autres se vautrent au soleil.

Le garde nous explique calmement que pendant la période Pohl Pot plusieurs de ces animaux (les plus anciens qui ont 40 ans) ont été exclusivement nourris…D’ENFANTS VIVANTS !

On a un peu de peine à y croire mais c’est pourtant la terrifiante réalité.
Angèle et Agathe entament une discussion philosophique sur la cruauté des hommes.
Il y a de quoi…

Puis nous visitons le village des métiers de l’artisanat.
Tissage, peinture sur soie ou sculpture, les enfants adorent, admirent et parfois essaient.

Cette association tend à donner un métier (parfois disparu depuis la guerre) à des jeunes.

Nous finissons la journée par un massage thérapeutique au centre des aveugles de Siem Reap.
Pas d’ambiance Spa mais des mains expertes.
P78

Nous voilà sur le départ pour Bangkok.
Inutile de préciser que ce pays nous a marqué et plus encore ses habitants, ils sont beaux.
On tombe amoureux du Cambodge et de sa population si attachante, parce que peut être on a enfin découvert cette terre humaine où l’on peut se confronter à soi-même…

Ecrire un commentaire

  

Laisser un commentaire