Auto Escape
FootShopping
WannaWeb


Mexique il y a 4464 jours
Guatemala il y a 4450 jours
USA il y a 4435 jours
Polynésie il y a 4402 jours
Australie il y a 4375 jours
Nouvelle-Calédonie il y a 4328 jours
Malaisie il y a 4288 jours


tom sur Bonus de Photos
Lucie sur Roman Photos
Claudine casin lignele sur Roman Photos
Alizée sur Qui sommes-nous?
Pharmacie sur La santé

 Accueil » Itinéraire » Afrique du sud » Roman Photos Afrique Du Sud

Roman Photos Afrique Du Sud

L’AFRIQUE DU SUD by marie

Du 30 mai au 21 juin 2008

Changement de continent ! Magique quand même de passer de l’Asie à l’Afrique en une nuit à peine !

Nous nous sommes endormis avec des jaunes aux yeux bridés, nous nous réveillons avec des noirs aux yeux ronds !

De Johannesburg au Parc Kruger

Arrivée à l’aéroport de Johannesburg à 6 h du mat heure locale, on vient de rajouter 7 h de décalage horaire pour être maintenant à la même heure que vous !

Brrr ! Il fait froid, 8° à peine contre 30° à Kuala Lumpur hier soir ! Heureusement, dans la journée il fait dans les 20°.

Nous récupérons notre camping car qui sera notre maison durant 2 mois ; à nouveau, grand émerveillement des filles qui inspectent tous les recoins, ouvrent tous les placards, mais il faut le dire aussi rangent toutes nos valises pendant qu’on règle les derniers préparatifs.

Et c’est parti, en roue libre pour un nouvel épisode !

Des immensités de terres désertiques défilent sous nos yeux, le dépaysement est total.

Nous avons bien été briefés de ne surtout pas rentrer dans le centre ville de Johannesburg, aussi nous traçons directement pour une 1ère étape à Middelburg, en ayant fait le plein des courses, évidemment ! Comment les Dubrou peuvent-ils rester plus de 4h sans manger ???

Même une piscine chauffée dans le camping au milieu des singes bien sûr ! Et à côté d’un lac ou barbotent crocos et hippos.

Personne ne demande son reste le premier soir : fatigue du vol + décalage horaire + soleil couché ici à 17h30. Nous mangeons à 18h et 19 h on dort ! Nuit salutaire !

Le lendemain, complément de courses (en particuliers de polaires chaudes) dans la petite bourgade de Middelburg, où nous dénichons tout de suite un de nos petits marchés favoris, mais cette fois ci, tenus par de plantureuses doudous noires !

C’est le premier vrai contact que nous avons avec le peuple. Les noirs représentent 80% de la population, les métis 8%, les blancs 8% et les indiens 3%.

Nous découvrons vite que les noirs ne sont pas farouches, et que moyennant un grand sourire de notre part, ils se montrent ravis de discuter avec nous. Contact évidemment plus facile qu’en Asie puisqu’en anglais !

Une autre étape dans la région du nord montagneuse du Mpumalanga, en traversant de larges vallées couvertes de forêts, de grasses prairies ou de terres rouges…

Le fameux site de God’s Window s’ouvre sur des superbes points de vue sur le canyon, normalement quand il n’y a pas un brouillard à couper au couteau !

Plusieurs points de vue magnifiques dans les montagnes : « les marmites de géants », bassins naturels creusés par l’érosion au confluent de rivières ;

Les « 3 rondavels », 3 rochers aux allures de cases africaines

Et le Blyde River Canyon, 3ème plus grand au monde. Panorama mythique de l’Afrique du sud qui n’est pas sans nous rappeler le Grand Canyon aux Etats Unis !

Et puis le Parc Kruger, le fameux, le mythique, un des plus célèbres au monde, un des plus étendus, un des plus anciens, un des plus tout, mais à ne pas louper surtout, nous nous en rendons très vite compte .

Cadre sauvage, intact, grouillant d’animaux.

Dès l’entrée dans le parc, 1ère rencontre déconcertante avec un énorme éléphant, là, à coté de nous, qui interrompt à peine son déjeuner !

Et le défilé commence : véloces impalas, graciles gazelles, interminables girafes, zèbres en pyjama, imposants buffles, « Pumba » phacochères, malins singes grivets, babouins aux culs rouges…..

Spectacle incroyable, si réaliste, sous nos yeux ! Les animaux sont curieux, mais pas farouches. Nous roulons lentement, nous arrêtons à chaque animal, hurlant (dans le camping car bien sur !) dès qu’un nouveau apparait, au milieu d’une savane desséchée, à perte de vue… L’Afrique quoi ……..

Le 2ème jour, la chance nous sourit avec l’apparition d’une famille lion paisiblement allongée sous un arbre. Pas dérangés pour le moins !

Nous assistons aussi aux ablutions de toute une famille éléphants.

Ainsi qu’au barbotage d’hippopotames et crocodiles.

Certains endroits sont aménagés avec des caches à oiseaux qui nous permettent de descendre du camping car dans des abris : majestueux points de vue que ces mares aux eaux vertes, nénuphars, peuplées de multitudes d’oiseaux.

Superbe !

Ainsi, au gré des animaux, nous arpentons les pistes du parc Kruger, 4 jours durant, avec la grande joie de voir les fameux « big five », les 5 plus grands mammifères dans le jargon des parcs : le buffle, l’éléphant, le léopard, le lion et le rhinocéros ;

N’est-il pas tranquille ce léopard perché sur son arbre à déguster tranquillement son antilope ???

Ou ce rhino qui se demande s’il nous fonce dessus tout de suite ou attend un peu ???

Ou bien ce couple de lions qui copulent sans se déranger devant nous ??? Evidemment qu’après l’acte, le roi des animaux est un peu las…. Serait-il d’ailleurs le seul ???

Le Swaziland

Petit état enclavé dans l’Afrique du sud qui se révèle être un petit bijou de nature sauvage, de paysages interminables et de forêts.

Evidemment, juste avant la frontière, nous dégotons au milieu d’un marché « un boui boui »africain pour notre déjeuner !

Ca nous manquait déjà !!! Et puis, plus on est de fous, plus on rit, nous invitons 2 jeunes locaux qui nous demandaient de la nourriture…

« Assiettasses » de porridge, poulet barbecue et salade ! Une aurait suffi pour 2 personnes, même 2 Dubrou !!!

Parfois l’on peut voir quelques passagers insolites dans le camping car pour un petit bout de chemin………

Les paysages sont de toute beauté, nous traversons maintes plaines d’herbes séchées où sont groupées par ci par là de petites cases africaines rondes en bois ou en argile.

Nous nous posons pour 2 jours dans le Parc de Mliluane Wildlife Sanctuary. Petit trekking de 3 heures dans cette réserve naturelle sur fond de belles montagnes, de terres rouges, de prairies aux herbes hautes, d’eucalyptus….. Sous la clarté d’un ciel bleu intense !

On pourrait être tout à la fois dans les Alpes, ou à Porquerolles ??? Non, dès qu’apparaissent zèbres, impalas ou hippopotames, on revient dans le contexte !

La cote EST océan Indien. De Ste Lucie Cap Vidal à Port Elisabeth

Une étape dans le grand parc marin de Santa Lucia qui englobe un immense morceau du littoral ; un bout de terre vierge posé entre l’océan indien et le lac de Banghari, où l’empreinte de l’homme sur la nature sauvage s’est faite avec bienveillance.

Les filles profitent bien vite des kilomètres de plage de sable et de dunes interminables pour batifoler et s’ébrouer !

Un ciel orageux se déploie sur l’horizon dans des tons de mauve, bleus, gris, superbe !

Curieusement, il fait frais, 16° à peine est l’océan est tiède, on s’y baignerait presque, les filles se tâtent …Mais les courants sont violents et le soleil n’est pas au rendez vous !

De l’autre coté de la plage et des dunes se nichent des étangs, des lacs, marécages et marais peuplés d’animaux sauvages : nous partons en exploration.

Des hippos et des crocos au loin

De classiques grands koudous majestueux

Et soudain, au détour d’un virage, apparition époustouflante de 3 énormes rhinocéros, juste devant nous sur le talus !

On s’observe mutuellement, quant à eux, nullement perturbés par notre présence, Christophe transgresse même les lois de la sécurité…

Bilan au bout de 11 jours de route en camping car : plus de valise à faire et défaire et à trainer d’hôtels en hôtels, mais au prix (il en faut bien un !) d’une promiscuité évidente, 8m² pour 5, parfois un peu étouffant…. Quant aux bagages, tout est entassé dans les micro placards……

Une étape un peu plus bas sur la cote, à Balito petite station balnéaire somnolente, puisque nous sommes au cœur de l’hiver africain.

Notre camping jouit d’un emplacement exceptionnel, les pieds dans l’eau, surplombant une piscine d’eau de mer naturelle aménagée.

La plage est encore magnifique, frangée d’énormes vagues et fouettée par les humeurs de l’océan bleu vert. Une journée de farniente pour toute la famille est bienvenue quand on avale autant de kilomètres !

Nous engloutissons 980 km le lendemain dans la journée pour atteindre Addo Elephant Parc, sur la cote sud, à coté de Port Elisabeth.

Tout le monde est sage, patient, et les filles sont même courageuses pour abattre leur 2 heures de CNED en roulant !

La cote SUD. La Garden road

Fleuron touristique du pays, la Garden road est la région côtière du sud, cernée au sud par un superbe ruban de plages ourlées d’écume, et au nord par des montagnes.

plage

De ci de là, des collines herbeuses et humides où broutent paisiblement moutons et vaches qui vivent en liberté.

Le parc Addo Elephant est un minuscule parc comparé aux grandes immensités des réserves naturelles du nord. C’est magnifique, le parc est vallonné, avec une végétation courte, une sorte de steppe, balayée par un ciel intensément bleu.

Nous voyons zèbres, phacochères, grands koudous, et à un point d’eau, d’abord quelques éléphants. Puis, surprise, une famille entière vient boire, énormes males, beaucoup de femelles, des jeunes ados, et quelques minuscules petits qui folâtrent et jouent ensemble !

Eux aussi ne semblent pas intimidés, nous le sommes plus qu’eux quand ils nous dévisagent dans le camping car, énormes bêtes, de leurs petits yeux !!!

Etape dans le Tsitsikama National Park, à l’embouchure de la rivière Storn. Arrivés de nuit, nous sommes époustouflés au réveil par la vision spectaculaire de la cote, l’océan juste devant nous, déchainement des flots ! D’énormes vagues s’écrasent sur les rochers, pendant que nous déjeunons tranquillement, bercés par le bruit des vagues…et inondés d’ions négatifs lénifiants diffusés par les embruns…

Une multitude de mangoustes d’eau peuplent les buissons des cordons dunaires battus par les vents du large. Elles se laissent volontiers approcher.

Etape dans la ville d’Oudtshoorm, la capitale de l’élevage d’autruches. Nous visitons une ferme d’autruches, où l’on peut en caresser une,

observer les différents enclos avec des spécimens de tout âge, les plus beaux étant les males avec leur plumage noir, cela va de sens……..

et surtout le clou du spectacle, on peut même grimper sur le dos d’une bestiole, on coince les pieds sous son cou, on s’agrippe à ses ailes, et c’est parti pour un tour ! Fous rire assurés !!!

On marche même sur des œufs au sens propre !

Un tour dans le Cango Wildlife Ranch, petit zoo très bien aménagé, avec un pont en bois suspendu au dessus des animaux qui permet de bien les observer.

Dans le coin aussi, nous explorons les Cango Caves, 5km de grottes souterraines où les eaux de ruissellement se sont cristallisées au fil des millénaires pour créer des formes extraordinaires : stalactites, stalagmites, orgues…

Nous choisissons le parcours « adventure », et passons de salles en salles souterraines, magnifiques, certaines de 100 m sur 20 m de haut !

La suite du parcours se corse : passer dans des galeries étroites, ramper dans des tunnels, se faufiler dans des boyaux………Sentant la claustro me gagner, je rebrousse chemin, et laisse ma petite famille poursuivre ! Ils le font sans encombre !

Chemin faisant, ramassage et dégustation de fraises dans une ferme, où il est écrit sur les panneaux de « ne pas manger de fraises dans les champs pendant la cueillette »……..C’était mal nous connaitre, Agathe s’en gave !!! Les autres aussi………

Fin de la Garden Road à la petite ville d’Hermanus, point de rencontre des baleines.

Il fait gris, froid, tempête de vent, Brrr ………

Le but de cette ville réputée est le spectacle exceptionnel des baleines qui séjournent dans la baie de juin à novembre ; et ici, surtout, elles s’approchent très près, on peut les admirer depuis de petits promontoires naturels en rochers avec une vue splendide sur la baie.

Nous sommes très chanceux, car la saison débute à peine, et nous en apercevons 3 au loin, certes, mais on les a vues !!!

La cote OUEST océan Atlantique. De la Péninsule du Cap à la Namibie.

Merveilleuse route pour arriver à la péninsule du Cap, falaises vertigineuses, au dessus de cotes déchiquetées, ou d’interminables plages de sable blanc, en fond de montagnes.

Ce jour là, un vent épouvantable pousse des nuées d’eau qui s’envolent en tourbillons à la surface de l’océan turquoise, merveilleux !

La Péninsule du Cap comporte bien de richesses à découvrir, malheureusement un temps de cochon et une pluie incessante n’arrange pas les choses…

A Simons’town, petite ville de garnison maritime, on peut observer une colonie de manchots qui s’ébattent par 100aines sur une magnifique plage de sable blanc, avec des rochers granitiques évoquant ceux des Seychelles, l’océan tiède en moins !!!

On accède à la plage par une passerelle en bois qui permet de les admirer de tout près, bébés et adultes, agglutinés, déambulant gauchement !

Puis, direction le bout de la péninsule pour le très fameux et mythique Cap de Bonne espérance, la véritable pointe du sud ;

Plage caillouteuse où sont régurgitées par l’océan quantité d’énormes algues, grosses comme des tuyaux !

Aussi le Cap Point, l’extrême bout de l’Afrique du sud, on grimpe en petit funiculaire en haut du phare qui offre une vue plongeante à 360° sur un superbe éperon rocheux et un panorama extraordinaire sur toute la péninsule.

Le temps n’est pas au rendez vous, pluie, brouillard, et froid. Nous faisons halte dans un camping « ferme » à la grande joie des filles, avec encore des jeux « aux normes » !

La petite route côtière qui mène à la ville de Cap Town est splendide. Cette route en corniche a été creusée dans les falaises de grés et de granit, et offre des remarquables points de vue sur l’océan.

La plage de Noordhoek est immense, déserte, sauvage, dunes de sable blanc ; et océan déchainé…

Cap Town, on se laisserait bluffer par ses airs paisibles, son climat (d’habitude serein !), ses plages, sa route côtière (appelée d’ailleurs « la Corniche » comme à Marseille), avec ses quartiers résidentiels…

Mais l’autre coté du rideau, c’est 2 millions de noirs qui habitent dans les townships, quartiers bidonvilles où ils furent parqués pendant l’apartheid. 30 km qui s’étirent au sud de la ville où misère et chômage sont le quotidien…

Pour visiter les townships, il faut normalement être en groupe organisé avec un guide. Cette option là nous semblant trop « visite du zoo », nous décidons de nous aventurer seuls, en camping car. Bien sur le propriétaire d’un camping nous ayant dit que c’était sans risque !!

Quelques photos prises en cachette et sur le vif, nous n’osons pas trop, des visages étonnés, des saluts timides d’abord, puis chaleureux.

C’est réellement une ville au sein d’une autre, avec ses petites échoppes, salons de coiffure à tous les coins de rue (Cléa craque elle voudrait faire des petites tresses, pour 6€ après renseignement !), clinique, crèche.

Et c’est aussi le temps d’entrevoir des centaines de maisons délabrées, jonchées de détritus, au milieu de linge étendu, chiens, poules, dans une atmosphère d’humble pauvreté, indescriptible….

Et puis la dernière ligne droite, route de l’ouest pour rejoindre la Namibie. Tout devient de plus en plus désertique, même le camping !

La mini ville de Lamberts’bay, petit port de pêche est presque fantôme ! Heureusement ses otaries et ses milliers d’oiseaux sur l’ile de Bird Island sont au rendez vous. La plage est dissimulée sous une épaisse couche de coquilles de moules.

Dernière ville avant la Namibie, Springbok pour quelques courses avant le désert

Pas encore de dénouement pour l’Afrique du sud puisque nous y retournons après la descente du Botswana, avant de regagner Johannesburg.

Ecrire un commentaire

  

Laisser un commentaire